L’éveil

Recraché par la nuit,
Tandis que je me faufilais,
Intrépide équilibriste,
Sur les rochers luisants
N’attendant que ma chute,
Le monde sembla sourire.

À cet instant précis,
Je restais, silencieux,
Suspendu à ce souffle,
Comme si l’attente du jour
Me permettrait enfin
De retrouver celui
Que j’étais, enfant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.